Share Button

Au sommaire de cette édition : la montre du "calife" de l'État islamique intrigue le web ; les internautes italiens dénoncent le manque d'accessibilité des transports public aux handicapés ; et une artiste réalise un magnifique portrait de Lionel Messi au crayon.
LA MONTRE DU "CALIFE" DE L'EIIL INTRIGUE LA TOILE
Abou Bakr Al-Baghdadi, le leader de l'État islamique en Irak et au Levant est apparu pour la première fois dans une vidéo diffusée samedi par des sites djihadistes. Celui qui s'est autoproclamé calife appelle dans ce clip tous les musulmans à lui obéir. Un enregistrement que les autorités irakiennes analysent actuellement pour en vérifier l'authenticité mais que scrutent également les internautes.
Des utilisateurs du web qui ont d'ailleurs fait une découverte surprenante puisqu'ils ont remarqué qu'Al-Baghdadi portait une montre luxueuse à son poignet droit. Sur les réseaux sociaux, ils tentent désormais d'identifier le modèle arboré par le chef de l'EIIL et sont nombreux à penser reconnaître une montre d'un célèbre horloger suisse. Une hypothèse partagée par le site du quotidien The Daily Telegraph qui estime à plusieurs milliers d'euros la valeur de l'objet.
Un signe extérieur de richesse qui serait en décalage avec le discours supposé pieux et humble d'Al-Baghdadi selon la blogueuse Nervana Mahmoud pour qui ce détail vestimentaire discrédite le dirigeant de l'EIIL et brise le mythe du calife. Une opinion également émise par les auteurs de ces messages publiés sur Twitter. Des posts dans lesquels ils se moquent de l'aspect bling-bling du Djhad pratiqué par Al-Baghdadi et où ils s'étonnent qu'il exhibe cet objet de valeur tout en critiquant l'Occident.
Une opulence également dénoncée par les partisans du dirigeant qui se demandent comment il a pu se procurer une telle montre. Une richesse qui selon Jean-Pierre Filiu, spécialiste du djihadisme pourrait provenir de la prise par les terroristes de l'EIIL de la ville de Mossoul en Irak et de son trésor de guerre estimé à un demi-milliard de dollars.
ITALIE : DÉBAT SUR L'ACCESSIBILITÉ DES TRANSPORTS AUX HANDICAPÉS
« Tout le monde n'a pas la chance de pouvoir prendre le train. » Voici ce qu'a récemment déclaré à la télévision italienne Iacopo Melio, un étudiant italien de 22 ans. Sur son blog, ce jeune homme handicapé décrit les difficultés qu'il rencontre au quotidien pour emprunter les transports publics à Florence, en espérant qu'un jour, il pourra se déplacer sans que cela ne constitue un défi. Un témoignage qui a fait le tour du web en Italie.
Ils sont en effet nombreux sur les réseaux sociaux à faire usage du hashtag #VorreiPrendereIlTreno, c'est-à-dire « J'aimerais prendre le train » en français, pour afficher leur soutien à Iacopo Melio. Des internautes qui considèrent qu'emprunter les transports en commun devrait être un droit accessible à tous.
Un manque d'accessibilité que d'autres utilisateurs du web ont décidé de dénoncer en se prenant en photo avec une pancarte où figure les mots-clef #VorreiPrendereIlTreno. Des selfies mis en ligne par de nombreux anonymes mais aussi par des élus politiques locaux tels que le parlementaire David Sassoli ou la sénatrice Alessia Petraglia.
Une campagne également soutenue par le Président de la Toscane, Enrico Rossi, qui a salué sur Facebook l'initiative de Iacopo Melio et indiqué qu'il partageait son combat. Des déclarations qui doivent maintenant être rapidement suivies d'actes. C'est en tout cas ce que demandent les auteurs de ces messages qui pressent les autorités locales d'agir au plus vite pour faciliter les déplacements des handicapés. Un problème qui ne serait pris en compte que par 18 % des communes de la région à en croire une récente enquête de l'association italienne Cesvot.
TENDANCE DU JOUR SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
Depuis plusieurs jours, la toile nigériane se mobilise pour sauver Yakubu Yusuf. Cet étudiant de 29 ans atteint d'un cancer de la gorge ne dispose pas des 25 000 euros nécessaires pour qu'il puisse bénéficier d'un traitement susceptible de le guérir. L'appel aux dons lancé sur le web par ses proches a ému les internautes, qui relaient massivement cette demande en utilisant le hashtag #SaveYakubuYusuf.
LE ROBOT GOOGLE SE MET AUX SELFIES
Le Google Art project permet aux internautes d'effectuer des visites virtuelles de musées du monde entier. Mais l'artiste espagnol Mario Santamaria a lui préféré s'intéresser aux instants où l'appareil de capture utilisé par Google se retrouve lui-mêm… Lire la suite sur notre site web.

Visitez notre site :
http://www.france24.com

Abonnez-vous à notre chaîne sur Youtube :
http://www.youtube.com/subscription_c…

Rejoignez nous sur Facebook
https://www.facebook.com/FRANCE24

Suivez nous sur Twitter
https://twitter.com/France24_fr#

Share Button

Vidéos similaires:

  • No Related Posts